Emie-Liza Caron St-Pierre Office du tourisme de la MRC de l'Islet
19 septembre 2019
Nouvelles des membres

Une route seigneuriale sur la Côte-du-Sud

Seigneurie des Aulnaies. colloque 50e.2019

« La Côte du sud, de Beaumont jusqu’à Rivière-du-Loup, a une richesse seigneuriale unique au Québec pour développer un circuit mettant l’accent sur les différents sites patrimoniaux et historiques, liés de près ou de loin au régime seigneurial ».

La Seigneurie des Aulnaies a été le théâtre d’une rencontre unique entre le monde universitaire, muséale et de Sociétés d’histoire et de protection du patrimoine les 14 et 15 septembre dernier. Le colloque Histoire et Patrimoine Seigneurial s’est déroulé pendant 2 jours sous la présidence d’honneur de Gaston Deschênes, historien bien connu de Saint-Jean-Port-Joli. Les échanges ont permis d’en arriver à un constat commun, tel qu’affirmé par M. Deschênes lors de son discours de fermeture :

« La Côte du sud, de Beaumont jusqu’à Rivière-du-Loup, a une richesse seigneuriale unique au Québec pour développer un circuit mettant l’accent sur les différents sites patrimoniaux et historiques, liés de près ou de loin au régime seigneurial ». Une route qui donnera, on l’espère, une plus grande visibilité à la région et à son patrimoine bâti, mais également son patrimoine immatériel afin de mettre en valeur le monde rural. Cet événement s’inscrivait dans le cadre du 50e anniversaire de fondation de la Corporation touristique de la Seigneurie des Aulnaies en collaboration avec le département d’histoire de l’Université de Sherbrooke. Outre des conférences sur l’histoire seigneuriale au Québec, deux tables rondes ont fait germer de nombreuses idées.

Répertoire seigneurial : Alain Laberge, professeur au département des sciences historiques de l’Université Laval et Benoît Grenier, professeur au département d’histoire de l’Université de Sherbrooke ont annoncé le lancement de leur Répertoire des seigneuries du Québec, qui sera accessible au grand public prochainement. Ce dernier sera hébergé sur https://espace.cieq.ca/. Cet outil se veut une base de données la plus complète possible, regroupe l’ensemble des seigneuries ayant existé au Québec, en plus de détailler la chaîne de propriétaires pour chacune d’entre elles.

La meunerie artisanale... Un métier d’avenir! 

C’est le constat pour le moins étonnant auxquels sont arrivés les nombreux panélistes qui se sont penchés sur l’avenir du métier de meunier artisanal. Cette pratique est d’ailleurs reconnu patrimoine immatériel à la Seigneurie des Aulnaies., depuis 2015. Le directeur-général du Conseil québécois du patrimoine vivant (CQPV), Antoine Gauthier a informé le public sur la vaste enquête visant le développement des pratiques transmises de génération en génération au Québec tel le métier de meunier.

La relève en meunerie artisanale demeure un des principaux enjeux à surmonter. Par contre, la société est à l’heure des réflexions écologiques et se développe un fort désir de revitaliser l’économie locale de proximité et l’alimentation biologique et éthique. Au cœur de toutes ces préoccupations, la meunerie artisanale, pratiquée sur meule et approvisionnée en grainsbiologiques par les différent.e.s agriculteurs/trices de la région et ensuite transformée en farine et en pain, répond parfaitement aux préoccupations sociales. C’est exactement ce que propose la Seigneurie des Aulnaies qui offre l’une des meilleures farines du Québec et qui représente un modèle novateur d’économie locale. C’est en puisant dans les techniques et savoirs ancestraux que nous pourrons nous adapter aux changements écologiques et promouvoir un véritable développement durable!

La Seigneurie des Aulnaies une institution pionnière : L’organisation d’un colloque regroupant universitaires, institutions muséales, sites patrimoniaux et grand public est non seulement une première en son genre en région, mais est également le résultat d’une autre collaboration novatrice avec le milieu académique, soit la présence d’une historienne en résidence. Candidate à la maîtrise à l’Université de Sherbrooke, Ophélie Têtu (Félix-Antoine) a prononcé sept conférences sur l’histoire des meuniers, issues de ses recherches. Cette collaboration a également permis de bonifier les visites existantes en plus de mener à la création d’un nouveau circuit comprenant deux visites, une sur la gestion seigneuriale au féminin et l’autre sur le rôle social du meunier en Nouvelle-France, renforçant la position de la Seigneurie des Aulnaies à titre de site d’interprétation de la vie seigneuriale le plus complet au Québec!

Des alliances se sont formées : C’est justement le désir qu’ont exprimé les différentes institutions rassemblées ce weekend à la Seigneurie. Conscientes du besoin de tisser de forts liens de collaborations dans le but de faire de la Côte-du-Sud un lieu incontournable pour les touristes et chercheur.e.s avides de rendez-vous historiques, nous affirmons notre désir de créer davantage de partenariats entre les différentes institutions, mais également un désir de solliciter la participation et l’engagement citoyen, essentiel au rayonnement de notre richesse patrimoniale sur le territoire.

Commentaires (0)